• Kévin Guéï

La mission du SEO à l'ère où les moteurs de recherche deviennent des extensions de notre cerveau

Mis à jour : avr. 14


Les moteurs de recherche jouent aujoud’hui un des rôles les plus importants dans nos vies.


Ils façonnent la façon dont nous conceptualisons et interagissons avec l'information, la connaissance, la sagesse et, sans doute, la réalité elle-même.


Ils sont nos machines de raisonnement externalisées, qui facilitent notre accès à l'information.


Ils nous permettent de faire des recherches, de clarifier et de répondre aux interrogations, qui constituent ensuite la substance de nos opinions, de nos points de vue et de nos croyances.


Nous révélons nos pensées, nos peurs et nos désirs les plus profonds aux technologies des moteurs de recherche.


Cette technologie remplace souvent les services humains qu'offrent par ailleurs les enseignants, les médecins, les bibliothécaires, les amis, les psychiatres, les représentants religieux ou les anciens respectés.


Dans cet article nous allons essayer de mettre en évidence l’impact des moteurs de recherche sur nos modes de réflexion. Nous verrons :


  • Comment les moteurs de recherche impactent le fonctionnement de notre mémoire.


  • Les conséquences de ce nouveau mode de fonctionnement de la mémoire sur notre rapport à l’information.


  • Enfin nous nous pencherons sur le rôle du SEO en ce qui concerne l'organisation de l'information dans les résultats de recherches.


L’impact des moteurs de recherche sur le fonctionnement de la mémoire


Chaque jour, les moteurs de recherche comme Google nous donnent des milliers de solutions et nous facilitent la vie.


Ont-ils également un impact sur notre cerveau ? Il semblerait que oui.


Selon une étude, Internet aurait un impact direct sur le fonctionnement de notre mémoire.


Cette recherche, menée par des psychologues des universités de Columbia et de Harvard, est la première du genre à examiner l'effet des moteurs de recherche sur la mémoire humaine.


D’après la co-auteure de l'étude, Betsy Sparrow, les moteurs de recherche modifient notre façon de mémoriser et de se souvenir des choses.


Les résultats publiés sur le site sciencemag.org suggèrent que la façon dont notre cerveau "sauvegarde" les informations a changé de manière significative en raison de notre "confiance" pour les trouver en ligne.


Les chercheurs affirment qu'Internet est désormais devenu une forme de mémoire transactive.


Des souvenirs qui sont "en dehors" de notre esprit mais dont nous savons où et comment nous pouvons y accéder.


Auparavant, ce rôle appartenait aux livres. Aujourd'hui, l'internet est encore plus présent dans nos vies.


Les résultats de cette étude ont aussi indiqué un changement significatif dans la façon dont notre mémoire fonctionne.


La plupart des participants ont eu tendance à oublier les choses qu'ils étaient sûrs de trouver sur Internet et à se souvenir de celles qu'ils ne trouvaient pas en ligne.


Il a également été révélé que les gens se souvenaient mieux des endroits où ils pouvaient trouver quelque chose sur Internet que de l'information elle-même.


Cela signifie-t-il que nous devenons plus "stupides" ou que nous avons affaire à des connaissances plus "utiles" ?


Les moteurs de recherche, extensions de notre esprit


Nous sommes de plus en plus nombreux à être enfermés dans nos smartphones du matin au soir.


L'utilisation des services de Google (moteur de recherche, calendrier, cartes, documents, assistant photo, etc.) est devenue une seconde nature.


Notre connexion cognitive avec Google est une réalité.


Nos esprits reposent littéralement en partie sur les serveurs de Google. Mais est-ce important ?


Oui, pour deux raisons majeures :


Premièrement, Google n'est pas un simple outil cognitif passif.


Les dernières mises à jour de Google, alimentées par l'IA et le Machine Learning, reposent en grande partie sur des suggestions.


Google Maps nous indique non seulement comment nous rendre là où nous voulons aller (à pied, en voiture ou en transports publics), mais nous donne désormais des suggestions de localisation personnalisées qui, selon lui, nous intéresseront.


L'assistant Google, nous fournit désormais non seulement des informations rapides, mais peut même nous réserver des rendez-vous et des restaurants.


Gmail fait maintenant des suggestions sur ce que nous voulons écrire.


Google News pousse maintenant les actualités qu'il juge pertinentes pour nous, personnellement.


Tout cela nous évite d'avoir à réfléchir et à prendre des décisions par nous-mêmes.


Google comble les lacunes de nos processus cognitifs, et donc les lacunes de notre esprit.


Ainsi, l'intimité mentale et la capacité de penser librement sont toutes deux impactées.


Deuxièmement, il ne semble pas que ce soit bon pour nos esprits d’avoir une telle dépendance à Internet.



Selon une étude publiée en 2018 par le magazine The Guardian, l'utilisateur moyen de smartphone au Royaume-Uni vérifie son téléphone toutes les 12 minutes.


Cela pourrait avoir toute une série d'effets psychologiques néfastes que nous commençons à peine à entrevoir, la dépression et l'anxiété étant les deux plus importantes.


Il semble que la raison pour laquelle nous sommes si nombreux à avoir tant de mal à poser nos smartphones est que nous avons intégré leur utilisation dans nos processus cognitifs quotidiens.


Leur usage fait désormais partie du prolongement de notre pensée, et il n'est donc pas étonnant qu'il soit difficile de cesser de les utiliser.


Se faire retirer son smartphone tout à coup, c'est un peu comme subir une lobotomie.


Au lieu de cela, pour briser la dépendance et retrouver notre santé mentale, nous devons apprendre à penser différemment et à nous réapproprier notre esprit.


Michel Desmurget, docteur en neurosciences et directeur de recherche à l’Inserm, livre un constat sans appel : "Attention aux écrans !"




Le SEO gardien de l’équilibre entre les intérêts des entreprises et la bienveillance vis-à-vis des utilisateurs


Aucune technologie n'est neutre.


Effectuer une simple recherche sur Google Image avec le terme "beauté" illustrera très vite ce fait.


Selon les algorithmes de Google, la beauté est rendue comme étant purement relative au corps humain.


En tant que telle, la recherche est non seulement significativement biaisée par le sexe, l'âge, la race et la forme corporelle, mais elle est également biaisée sur le plan conceptuel.


Il n'y a pas de place dans ces résultats, par exemple, pour un nouveau-né, le sourire d'un étranger, un lever de soleil, ou les peintures de William Turner.


Chaque technologie s'accompagne de compromis et de préjugés.


Dans cet exemple, le parti pris est en grande partie né d'un parti pris commercial :


L'industrie de la beauté investit plus d'argent dans l'infrastructure du web que les amateurs de nouveau-nés ou de peintures de Turner.


Par conséquent, les résultats liés à l'industrie de la beauté deviennent rapidement une prophétie qui se réalise d'elle-même.


Larry Page, co-fondateur de Google, a un jour décrit le moteur de recherche parfait comme une machine qui "comprend exactement ce que vous voulez dire et vous rend exactement ce que vous voulez".


Le problème essentiel de cette notion est qu'elle génère toutes les informations et les connaissances que nous ne voulions pas voir mais qui pourraient encore nous éclairer sur la réalité.


Elle élimine tout ce que nous ne voulons pas entendre mais que nous pourrions avoir besoin d'entendre.


Aujourd’hui la mission du SEO occupe donc une place de plus en plus importante.


Le fonctionnement du SEO est basé sur la compréhension de l’intention de recherche de l’utilisateur.


Comme Google le dit « Focus on the user and all else will follow ».


Aujourd’hui face aux changement que nous venons de voir, la responsabilité des informations que nous partageons sur le web nous apparait de façon évidente.


Car en effet Google ne fabrique pas de contenu il ne fait que le classer et le positionner selon les requêtes de l’utilisateurs.


Le cyberespace est donc à notre image, ce que nous trouvons sur le web reflète l’état de notre humanité actuelle.


Cependant en terme de positionnement Google attribut un score de pertinence aux pages en fonctions de certains critères de pertinence qu’il garde secret.


La quête des référenceurs naturels est de comprendre le plus possible cet algorithme pour pouvoir optimiser au maximum son contenu.


Libre à chacun de décider alors le type de contenu qu’il choisit d’optimiser.


Cependant compte tenu de l’impact du contenu internet sur la société il est de plus en plus important de prendre certaines précautions.


La notion de bienveillance doit être au cœur de nos préoccupations, il est possible de gagner de l’argent tout en étant bienveillant.


Le SEO devrait désormais s’accompagner d’une éthique axée sur la notion de responsabilité.


Un référenceur devrait toujours se considérer comme un gardien de l’équilibre entre les intérêts des entreprises et la bienveillance vis-à-vis des utilisateurs.


Dans la crise de COVID-19 que nous traversons actuellement nous voyons la prolifération de fake news qui ont souvent un impact important sur la vie de plusieurs personnes.


Voir à cet effet : Les « fake news » et autres questions rectifiées par l’Organisation mondiale de la Santé.


« Ne soyez pas malveillant », le SEO est un art noble, son but est de servir l’utilisateur, je suis pour ma part adepte de la méthode « white hat », consistant à respecter les guidelines de Google en terme de référencement.


Quoi que l’on puisse dire ces guidelines permettent de garantir à l’utilisateur final un contenu répondant à ses intentions de recherche.


Utiliser des techniques « black hat » m’apparait donc comme une initiative essentiellement animée par la recherche d’intérêts personnels.


Ne soyons donc pas malveillants, soyons responsables.


Cette crise nous montre bien à quel point nous sommes unis et interdépendant les uns des autres.


La « charte de qualité Abondance sur le référencement des sites web » illustre bien cette notion de responsabilité pour le métier de référenceur.


Retnons ceci :


" Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités"


0651382261

39 Rue Emile Cordon
93400 Saint-Ouen

©2020 par OLYMP'ADS.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now